Coup de pouce#4
#justicesociale

Soutien au Musée de la Résistance, symbole dans lequel s'ancrent nos forces de lutte !

La municipalité a le projet de déplacer le Musée de la Résistance et de la Déportation de Romans (actuellement dans l’enceinte du Musée de la Chaussure) vers le bâtiment de archives, rue des Clercs.


Le Comité ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants) de Romans, Bourg-de-Péage, Royans, Vercors ne peut accepter ce transfert qui équivaut à la disparition de ce musée, trace concrète de l’importance de Romans dans la Résistance et de l’opposition populaire au départ pour le STO, service du travail obligatoire qui, durant la Seconde Guerre Mondiale, envoya des centaines de milliers de travailleurs français contre leur gré, afin de participer à l’effort de guerre allemand.

MUSÉE DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION

La municipalité avait convié quelques représentants d’associations œuvrant dans le domaine de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale pour leur exposer les projets quant à l’avenir du Musée de la Résistance et de la Déportation. Ce Musée a été créé, en 1972, à l’initiative d’anciens Résistants dont il ne reste aujourd’hui qu’un seul survivant. Le Musée a été rénové en 1994.

Le Musée est implanté depuis sa création dans des locaux de l’Espace Visitation. Il comprenait, à l’origine, un 1er niveau, où était le Musée proprement dit et une salle de projection, à un 2ème niveau, on trouvait le bureau de la responsable, une salle de réunion et de documentation.

Il y a quelques années, le bureau de la responsable et la documentation ont été transférés dans un bureau au 1er étage des Archives Communales, rue des Clercs. Ce premier transfert avait séparé le Musée de son centre administratif et ne facilitait pas l’accueil et l’accompagnement des groupes de visiteurs.
L’avantage de l’implantation du Musée de la Résistance, accouplé au Musée de la Chaussure, permet aux visiteurs de ce dernier de faire un crochet vers le Musée de la Résistance et de la Déportation.

La présentation actuelle du Musée est intéressante pour les groupes scolaires tant du niveau primaire (Cours Moyen) que du niveau collège et lycée. Voir les objets, les panneaux, la carte en relief animée, une porte de wagon évoquant la déportation, par exemple, parlent davantage à de jeunes élèves qu’un livre ou une vidéo.
Pendant longtemps, d’anciens Résistants accompagnaient les visites de groupes. Au fil des années, ils ont disparu. Or, transmettre aux jeunes générations les valeurs de la Résistance reste une tâche indispensable.

Le transfert dans les locaux des Archives Municipales, rue des Clercs, qui est proposé par la municipalité ne peut répondre à cet objectif. On ne sait trop ce qui est prévu. Va-t-on aménager le 1er étage des Archives Communales ? Sur quelle superficie ?
On nous dit : « La salle d’exposition accueillera des expositions temporaires sur la thématique, qui pourront notamment être prêtées par d’autres institutions. La programmation annuelle sera établie en fonction des différents besoins de cette salle ».
Cette salle des Archives Municipales ne sera pas réservée à la Seconde Guerre mondiale. D’autres utilisations écarteront les expositions de cette période.
On nous dit aussi : « le nouveau lieu sera conçu en répondant à deux priorités : présenter le maximum d’objets des collections et centrer le propos sur l’histoire de Romans dans la 2nde Guerre mondiale ».

Que sera ce nouveau lieu ? Comment y faire entrer tout ce que le Musée actuel contient ?
On nous dit encore : « Le nouveau lieu accompagnera les élèves à leur préparation du Concours national de la Résistance et de la Déportation qui est aujourd’hui l’action majeure, et officielle, de transmission de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale auprès des collégiens et lycéens. »  C’est effectivement une orientation intéressante. Mais l’ancienne salle de projection dans l’implantation actuelle peut très bien jouer ce rôle.
L’implantation qui nous est proposée, rue des Clercs, ne permettra pas aux visiteurs de découvrir ce passé de notre ville. C’est un lieu « confidentiel » connu surtout des chercheurs. Même si le nombre actuel de visiteurs est faible, il faut surtout les informer, les inciter à visiter le Musée de la Résistance.  

La présentation actuelle a près de 27 ans. Des techniques muséographiques nouvelles sont apparues. Le Musée doit évoluer et avoir recours à ces avancées techniques. En France, plusieurs Musées de la Résistance rénovent leurs présentations en ce moment pour les rendre plus attractifs.

D’autre part, la publicité met surtout en avant le Musée de la Chaussure mais oublie le Musée de la Résistance et de la Déportation. Il faut aussi prévoir une documentation incitative particulière en direction des établissements scolaires de toute la Drôme-Nord. La Drôme compte peu de Musée consacrés à la Résistance. Celui de Vassieux est surtout axé sur la Résistance dans le massif du Vercors et il nécessite un déplacement plus long et plus onéreux. Un autre petit Musée privé est ouvert depuis peu à Beaufort-sur-Gervanne Les autres Musées importants sont ceux de Grenoble et de Lyon.

Il faut absolument que le Musée de la Résistance et de la Déportation de Romans continue d’informer la population sur cette période si importants de notre histoire. D’autant plus que l’agglomération de Romans a été un centre important de la Résistance. C’est le 10 mars 1943 qu’une importante manifestation a exprimé l’opposition populaire au départ pour le STO. Plusieurs compagnies de Résistants ont été créées à Romans ou par des Romanais : Bozambo, Daniel, Abel, William, Groupe franc.

Il y a quelques années, le Comité scientifique du Musée avait participé à la préparation d’un exposition à la Médiathèque, avec l’aide des auteurs de l’ouvrage « Subir… mais Lutter ». Espérons que ce travail a éré conservé. Il est une base sérieuse d’un renouveau du Musée de la Résistance et de la Déportation sur les aspects locaux.
Le Comité ANACR de Romans, Bourg-de-Péage, Royans, Vercors ne peut accepter ce transfert qui équivaut à la disparion du Musée de la Résistance et de la Déportation de Romans et mettra tout en œuvre pour s’y opposer.

Voici le communiqué de presse en version PDF à partager ! 


1 commentaire

Claudette PERRET · 25 février 2021 à 13 h 59 min

J’étais prof d’allmand au Lycée triboulet et chaque année, à la venue de nos correspondants allemands du Lycée de bad nenndorf , les collègues demandaient d’inscrire à leur programma de visites la visite de Vassieux et celle du Musée de la Chaussure avec le Musée de la Résistance et de la déportation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *