Coup de gueule#5
#transitionécologique

Une journée sans (pour cent ?) voiture

Le saviez-vous? La journée sans voiture a eu lieu le 22 septembre. Mais pas à Romans. Cette journée fait partie de la Semaine européenne de la mobilité qui se déroule tous les ans en septembre depuis 2002. Mais plus à Romans. L’objectif est de sensibiliser les citoyen·nes aux déplacements doux pour la planète (et actifs pour le corps), comme le vélo ou la marche, mais aussi les transports en commun (bus, car, covoiturage) ET d’encourager les villes à favoriser ces alternatives à la voiture. Mais pas à Romans.

D’ailleurs, les résultats du baromètre de la FUB sont sans appel, mis à part les catégories relatives aux ateliers de réparation, les relations cyclistes-piétons et le stationnement du vélo à proximité de la gare, tous les autres indicateurs (23) sont au jaune, à l’orange ou carrément au rouge ! Les catégories les moins bien notées concernent la sécurité des usager·ères, notamment des enfants, et le manque d’écoute de la mairie… 

Ces quatre dernières années plus de 2500 villes de 50 pays différents se sont mobilisées… C’est donc possible et rassurant de voir qu’ailleurs des communes se soucient des dérèglements climatiques et s’impliquent pour la sensibilisation en mettant en place des actions concrètes et des ateliers. 

Au début de l’instauration de cette journée sans voiture, Romans avait rapidement emboîté le pas en proposant un centre ville piéton le samedi, puis en diminuant le périmètre des rues réservées aux piétons et cyclistes, puis en le cantonnant à des places où étaient proposées des animations sur les déplacements (ateliers rollers, skate…), puis en faisant glisser cette journée du samedi au dimanche… Même avec la bonne volonté du service de l’Agenda 21 d’alors, on avait senti les résistances des “pro-voitures”, qui n’imaginent un centre ville animé qu’avec un accès aux voitures à quelques mètres de la porte de chaque boutique. Pourtant des programmes européens se penchent sur la question, en la couplant avec celle de la redynamisation des centres ville. Les municipalités ont un rôle capital pour décliner localement ces propositions, innovantes et porteuses d’avenir. Mais pas à Romans.

Au Collectif pour Romans, la mobilité douce n’est pas qu’un argument de campagne, c’est une réelle volonté. Voici les mesures que nous proposions dans notre programme pour favoriser les déplacements alternatifs aux voitures :

🠊 Implanter des parkings de reports à l’extérieur de la ville avec des navettes gratuites ;
🠊 Renforcer les cheminements piétons ;
🠊 Renforcer le réseau de pistes cyclables ;
🠊 Promouvoir la gratuité des transports en commun…

Maya Lab


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *