Coup de gueule#21
#transitionécologique

Quelques bonnes raisons pour dire non au projet de parking souterrain

Ⓒ Collectif pour Romans | Panneau du parking gratuit place Jean-Jaurès

Il semble que le projet de construire un parking souterrain sous le boulevard Jean-Jaurès soit bientôt lancé. Voici quelques arguments pour étayer l’opposition à ce bunker.

Un grand dérangement, coûteux, polluant et inutile

Pourquoi envisager de tels travaux sur un boulevard qui vient d’être partiellement refait ? Ce sont encore quelques beaux arbres qui seront abattus et la promesse de replanter au-dessus ne donnera à long terme qu’une végétalisation chétive sans possibilité d’enracinement profond.

Cet énorme chantier durera longtemps, au minimum deux ans pendant lesquels les commerçant·es, les piétons et les automobilistes subiront de nouveau une gêne importante. 

Un chantier on sait quand il commence, on ne sait jamais quand il se termine. De même pour le coût : on peut établir une estimation mais des surprises ne manqueront pas de surgir lors du creusement (découverte archéologique, problème de déplacement de réseaux, conditions météo, etc.). On peut prévoir sans risque que les délais et le devis seront largement dépassés.

De plus, pour rentabiliser ce nouveau parking privé, le concessionnaire exigera que tout le stationnement de surface devienne payant, pour inciter à utiliser les places en sous-sol. De même, pour être assuré d’un bénéfice confortable, l’entreprise (multinationale du BTP) imposera à la ville une clause (abusive) de subvention d’équilibre pour assurer son compte d’exploitation. Une facture non négligeable qui pèsera sur le budget de la ville pendant 30 ans, la durée de la DSP (délégation de service public).

Ensuite, les citoyen·nes profiteront au début d’un tarif attractif, mais comme pour les autoroutes, les tarifs augmenteront chaque année sous prétexte d’inflation ou de travaux d’entretien… Les habitant·es, rebuté·es par le prix du stationnement, bouderont le centre-ville et  celui-ci continuera de se désertifier tandis que les zones commerciales de St Paul, la ZA de Layes ou des Couleurs continueront d’attirer le chaland.

Enfin, l’emplacement du parking est très mal choisi, il n’empêchera ni les embouteillages ni la pollution en centre ville. Pour une ville apaisée, une circulation agréable en toute sécurité à pied ou en vélo, il est préférable de placer des aires de stationnement en périphérie. La proposition de « Passionnément Romans » est intéressante de construire un parking sous le gymnase du Boulevard Voltaire à l’écart du centre. Les places de stationnement de la gare, de l’avenue Duchêne et de la Presle offrent un bon complément.

Le « tout voiture c'est dépassé »

Afin de s’en convaincre, il faut absolument visionner le reportage sur Pontevedra, le paradis des piétons et cyclistes en Espagne où les habitant·es et surtout les commerçant·es ne constatent que des avantages à l’absence de voitures en ville. Pour finir, on peut regretter que cette équipe municipale, sans doute soumise à un démarchage efficace des lobbys bétonneurs, ne propose que des projets du siècle passé. La politique du « tout voiture » est dépassée !

Espagne : Pontevedra, un exemple de ville sans voiture


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.