Coup d’œil #09
#justicesociale

Maisons de Quartier : mieux les connaître pour mieux les aider

À Romans, nous comptons 4 maisons de quartier dont 3 centres sociaux agréés. Leurs rôles et activités sont méconnu·es alors que leurs actions sont essentielles et qu’elles ont besoin d’aide et de soutien.

Quelles sont les maisons de quartier de Romans ?

Les quartiers Est ont la maison citoyenne MJC Noël Guichard (MCNG) plus communément appelée Maison de Quartier de la Monnaie, les quartiers Ouest la Maison de Quartier des Ors, le centre historique la Maison de Quartier Saint-Nicolas et les quartiers Nord la Maison de Quartier Coluche. Les trois premières sont des centres sociaux agréés par la Caisse d’Allocations Familiales de la Drôme (CAF). La dernière est considérée depuis 2016 comme un centre de loisirs, bien qu’elle ait encore des activités sociales, la municipalité ayant refusé de continuer à financer ses projets. Les trois centres sociaux ont créé une structure sans personnalité juridique, la Coopé, qui a pour but de mettre en œuvre des synergies entre les centres.

Toutes quatre sont des associations avec une gouvernance associative classique, conseil d’administration et bureau. Ces centres emploient des salarié·es et se situent dans des locaux mis à disposition par la municipalité selon des conventions signées avec les associations. 

Les centres sociaux interviennent comme organisateurs et animateurs d’activités, comme médiateurs entre les habitant·es et les représentants des institutions et comme passeurs en accompagnant des projets d’habitant·es. Un centre social est donc une ressource de proximité avec des locaux et des équipes de professionnel·les et bénévoles. Un centre social est ouvert à tou·tes. Les objectifs prioritaires sont de rompre l’isolement, de prévenir et réduire les exclusions, de renforcer les solidarités et de favoriser le développement d’initiatives d’habitant·es.

Les centres sociaux sont membres de la Fédération des Centres Sociaux et Associations d’animation locale (la “Fédé”) qui a des salarié·es (5 à Romans) intervenant dans leurs domaines de spécialité, par exemple le développement durable, pour aider les centres sociaux dans leurs projets.

Les projets sociaux des Maisons de Quartier

L’agrément de centre social est attribué sur la base d’un projet social revisité au minimum tous les quatre ans. La révision des projets sociaux doit être remise à la CAF fin novembre. Les projets sont élaborés par les salarié·es en liaison avec les bureaux et conseils d’administration et présentés à la municipalité, qui est membre de droit des conseils d’administration. Ces projets sociaux s’inscrivent dans des thématiques de transitions sociale et écologique ainsi que de vie citoyenne. Avant de refondre leurs projets sociaux, les maisons de quartier ont fait un bilan de l’état de leur quartier. Par exemple les chiffres pour l’indicateur de précarité (de fait le taux de pauvreté) sont : centre historique (St Nicolas) 38,58%, La Monnaie (MCNG) 44,29%, Les Ors 27,18% à comparer avec le taux moyen pour Romans de 34,51% et pour la Drôme de 29,67%. Ces centres sociaux sont donc plus que jamais nécessaires !

L’ensemble des projets serait long à détailler ! Une partie importante des activités projetées est destinée à faciliter l’intégration de populations coupées de tout lien : cours de français, aide aux démarches administratives, écrivain public, animations régulières (cafés rencontres, fêtes de quartier…). Beaucoup d’énergie est déployée pour lutter contre le déterminisme social et donner leur chance aux jeunes qui vivent dans la précarité : soutien scolaire, mais aussi activités culturelles et sportives (graph, musique urbaine, street foot par exemple). Les thèmes culture, économie de partage, alimentation, jeunesse sont traités en coopération entre les 3 centres sociaux.. Citons quelques actions déjà existantes et qui seront reconduites sous réserve de l’obtention des financements correspondants :

  • Le Passeport Culture qui permet à tout·e adhérent·e d’un centre social et à leurs enfants d’obtenir des places de spectacle à des tarifs très bas (de 3 à 7 euros par spectacle), il faut noter que ce dispositif risque de ne pas être reconduit faute de financement ;
  • Atelier de réparation de vélos encadré par un salarié d’une des maisons ;
  • Ateliers de cuisine hebdomadaires pour acquérir les réflexes d’une alimentation plus saine.

Besoin de tou·tes !

Les Maisons de Quartier centres sociaux reçoivent des financements principalement de la CAF et de la municipalité (mais aussi de l’État, de l’agglo…) pour leurs projets. Elles ont aussi besoin de nombreu·ses adhérent·es et parmi elles et eux, de bénévoles et d’administrateur.rices. Vous pouvez commencer par venir à un “café habitants” (généralement le jeudi et le vendredi de 8h30 à 10h00) et adhérer (adhésion annuelle de 10 euros).


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.