Coup d’œil #06
#transitionécologique

Devenir du musée de la Résistance : aucune communication claire de la part de la mairie

Le 22 août dernier, Romans célébrait le 77ème anniversaire de sa libération par la Résistance. La cérémonie officielle a eu lieu au Champ de Mars, devant le monument aux morts.

Le comité de défense et de développement du musée de la Résistance et de la Déportation* avait appelé les personnes opposées à la suppression du musée à s’y rassembler dès 10h30. Une gerbe a été déposée à la mémoire de la Résistance par les présidents du comité de défense. Juste après, lors de la cérémonie officielle, alors que le représentant de la mairie s’apprêtait à prendre la parole, l’assistance qui rassemblait près de 500 personnes lui a tourné le dos pour montrer son indignation. Des huées ont fusé à chaque fois qu’il faisait allusion au devoir de mémoire.

La maire de Romans a brillé par son absence et son adjoint, Laurent Jacquot, adjoint délégué au Patrimoine Historique, aux Archives, au Devoir de Mémoire, et pourtant à l’origine de la fermeture du musée, s’est fait très discret lors de la manifestation. Il a fait preuve d’une grande lâcheté en délégant la charge d’intervenir au nom de la municipalité à son tout jeune collègue, dernièrement élu, Ludovic Guigal, Conseiller délégué au Devoir de Mémoire et aux Anciens Combattants. Alors que ce dernier avait les plus grandes difficultés à pouvoir s’exprimer, Monsieur Jacquot le sommait de continuer son intervention et s’est contenté de déposer une gerbe au nom de la municipalité : c’est peut-être là qu’il excelle le mieux !

Lorsque la préfète a pris la parole, elle a été huée aussi et s’en est indignée, arguant de ne jamais avoir vécu une commémoration pareille. Mais s’est-elle penchée sur le contexte de cette colère ? 

A-t-elle compris que l’absence de communication de l’équipe municipale va jusqu’à faire croire même aux partisan·es de la mairie que le musée va juste être déplacé le temps de travaux dus à une fuite d’eau ? A-t-elle compris que l’édile de la Ville ne daigne même pas répondre aux deux lettres recommandées qui lui ont été envoyées pour demander une rencontre et évoquer l’avenir du musée, prévu loin du passage du public ? 

A-t-elle saisi la colère des personnes qui ont légué des souvenirs de familles au musée, pour honorer leurs parents et grands-parents résistants et à qui on ne daigne même pas donner de précisions sur le devenir du musée

A-t-elle pris la mesure des propos provocants des représentant·es de la mairie, lorsqu’il·elles expriment que, de toute façon, ce sont des vieux objets et que les jeunes générations trouveront toutes les informations dont elles ont besoin à propos de la Résistance… sur internet ! Enfin, la préfète a-t-elle conscience que le contexte nous rappelle sans arrêt les acquis de la Résistance (Sécurité sociale, retraites…), tout pile ceux que le gouvernement veut aujourd’hui supprimer ? Aujourd’hui, il faut lutter pour les conserver, comme il est important de lutter pour conserver tous les symboles de la Résistance. 

Le succès de cette manifestation du 22 août et les échos de cet été dans la presse nationale sont un encouragement dans la bataille pour la réouverture du musée. Un bras de fer s’est engagé avec la majorité municipale, dont les motivations continuent de rester floues et dont l’opacité est inquiétante (pour le musée, mais aussi tout simplement pour la Démocratie !). Le comité de défense a déposé un recours auprès du tribunal administratif pour faire annuler la décision de fermer le musée.

77 ans après, la Résistance est toujours présente à Romans, pour sauvegarder les témoignages de ces femmes et de ces hommes, qui montrent l’horreur de la guerre et honorent leur engagement pour délivrer le pays du joug nazi et de ses alliés.

Comité de défense et de développement du musée de la Résistance en Drôme et de la Déportation

Contact : 5 impasse André Chénier 26100 Romans,  jean.sauvageon@gmail.com

*Le comité de défense a été fondé après l’annonce par la municipalité de la non réouverture du musée. Il est composé d’associations patriotiques :

  • Anciens Combattants de la Résistance (AAC)
  • Association Nationale des Anciens Combattants et amis de la Résistance (ANACR)   
  • Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Résistance (AFMD)
  • Union Fédérale des Anciens Combattants (UFAC)
  • Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Algérie (FNACA)
  • Association des Pionniers du Vercors

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.